Aeshna grandis (Linnaeus, 1758)

Ordre : Odonata Famille : Aeshnidae Genre : Aeshna

  • 239
    observations

  • 24
    communes

  • 65
    observateurs

  • Première observation
    1958

  • Dernière observation
    2018
Anonyme Anonyme - Artoisenet Maggie - Baffie P. - Baffie Philippe - Barataud Julien - Blanchon Yoann - Borret Françoise - Bosquet Jean-claude - Boudot Jean-pierre - Brandon Allan - Brepson Loic - Brugiere Dominique - Brugière D. - Chazalmartin Samuel - Chouillou M. - Courmont Lionel - Daire Marine & Sole Raphaële & Louboutin Bastien - Opie - Danflous Samuel - De Knijf Geert - Defontaines Pierre - Destre R. - Dordor F. - Dubois Yves - Dulau Stéphane - Dupuy Jeremy - Faus Jordi - Février Jérémie - Gaunet Aurélien - Genoud David - Grand Daniel - Guenel Nathalie - Jaulin Stéphane - Jaulin Stéphane - Opie & Stage Odonates Opie Collectif - Jaulin Stéphane - Opie & Stage Odonates Opie Collectif & Houard Xavier - Opie - Jean Mathieu - Jean Terrisse Emmanuelle Champion & - Juliand Pierre - Lacoste Arnaud - Legendre F. - Legendre François - Lepine Fabien - Long Benjamin - Louboutin Bastien - Opie - Marger Jean-paul - Menand Mathieu - Mercier Fabien - Mercier Paulin - Meurgey F. - Migaud Pierre - Monchaux Geoffrey - Montigny C. - Moratin Raynald - Moreau Thomas - Nabholz Benoit - Noblecourt Thierry - Paraire Christophe - Parayre C. - Parayre Christophe - Puissant Stéphane - Rancilhac Loïs - Romet Nicolas - Rondeau Alexis - Ronne Charlotte - Sannier David - Sophie Gonzalez

Informations sur l'espèce

Comme ses noms latins et vernaculaires le suggèrent, la Grande Aeschne est l’un des plus grands odonates de nos régions (équivalent en taille à Anax imperator). Elle se reconnaît aisément à sa coloration générale brun roux et à ses ailes entièrement fumées de brun jaune (les ailes étant totalement transparentes ou presque chez les autres aeschnes « brunes »). Le thorax est barré de deux bandes jaunes latérales. Les mâles matures ont une tache bleue à la base de chaque aile, deux sur le dessus du 2ème segment abdominal et une série sur les côtés (S3-S8) de l’abdomen. Pour les femelles et les mâles immatures, ces marques sont jaunes (seules celles  à la base des ailes deviennent bleues chez les femelles). Chez les deux sexes, une paire de petites taches jaunes étroites orne également le dessus de l’abdomen à l’exception des derniers segments.

Période de vol : de fin mai à début octobre
Période de reproduction : principalement en août
Les adultes sont souvent observés dans les zones boisées où ils chassent en journée et tard le soir. Ils se posent peu. C’est une espèce à comportement migratoire avéré, qui peut expliquer son apparition dans des localités où elle est habituellement rare ou absente. Les mâles sont peu agressifs et leur comportement territorial est peu développé.
Les femelles pondent sans chercher à se dissimuler des mâles, parfois en groupe, dans la végétation en décomposition qui flotte sur l’eau ou en bordure des rives (fissures de troncs d’arbres compris). Les femelles volant avec l’abdomen courbé vers le bas sont en phase de ponte ; elles indiquent de cette façon aux mâles leur indisponibilité pour tout nouvel accouplement. Les imagos émergent 2 à 5 ans après la ponte, période incluant la diapause hivernale. Les larves se tiennent  sur les débris végétaux ou parmi les plantes aquatiques.
Les émergences sont étalées sur plusieurs semaines dans une même localité et peuvent se produire la nuit par temps chaud. La période de maturation est longue durant laquelle la coloration des immatures est lente.
 


Alors qu’elle n’est globalement pas menacée dans son aire de répartition mondiale ou européenne, son statut en France est  « quasi-menacé ». Elle est notamment sensible aux atteintes portées aux berges et à la végétation rivulaire lors des opérations affectant le lit et les rives des cours d’eau (calibrage, rectification, enrochement…).

Liste rouge mondiale (http://www.iucnredlist.org) : LC (« Least Concern » = préoccupation mineure)
Liste rouge européenne (Kalkman et al., 2010) : LC  en Europe et dans l’Union Européenne des 27, populations stables.
Liste rouge des libellules du Bassin méditerranéen (Riservato et al., 2009) : LC
Liste rouge des Odonates de France métropolitaine (Dommanget et al., 2009) : NT (« Near threatned » = quasi menacé)
 

C'est une espèce eurosibérienne dont l'aire de répartition s'étend des Pyrénées et de l'Irlande jusqu'en Sibérie méridionale via l'Europe centrale et septentrionale. En France, A. grandis est en limite de son aire de distribution ; elle est présente essentiellement dans les deux tiers orientaux du pays, à l'exception de deux isolats pyrénéens. Elle est plus commune en bordure nord et nord-est du pays et sur les reliefs montagneux (Massif central, Vosges, nord des Alpes). Elle est plus disséminée et généralement rare dans les plaines du Centre et du Centre-Ouest, très rare ou absente dans la zone méditerranéenne (confinée alors aux reliefs). En région Languedoc-Roussillon, l'espèce est peu commune en Lozère et dans les Pyrénées-orientales, non signalée dans les trois autres départements.
A. grandis se développe dans les eaux stagnantes ou faiblement courantes, neutres ou acides, parfois ombragées et envahies d'une végétation d'hélophytes et d'hydrophytes (mares,  étangs ouverts et forestiers, tourbières à sphaignes, zones calmes des cours d'eau…), jusqu'à 2 000 m d'altitude dans les Pyrénées.
Non renseignée pour le moment
Aucun synonyme pour ce taxon

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles